À la dure, Rachel Corenblit

dureRésumé :

Arthur est un bon élève, sérieux, appliqué, discret. Il rêve de devenir médecin. Ennuyeux à mourir dirait sa grande sœur, So. So, elle défie le monde, elle n’a peur de rien. Alors quand elle revient un beau jour, après des années sans nouvelles, et demande à Arthur de l’aider, il ne peut pas refuser. Ils vont profiter de l’absence de leurs parents pour que So fasse une désintox à maison, « à la dure ». Pas de clinique, pas d’aide extérieure. Juste Arthur et du courage. Six jours vont s’écouler, pendant lesquels ces frère et sœur vont s’épauler, souffrir, se haïr parfois. Mais surtout se retrouver, après de longues années loin l’un de l’autre.

Mon avis

Un grand merci aux éditions Actes Sud Junior pour m’avoir permis de découvrir ce livre. Lorsque j’ai eu l’occasion de jeter un coup d’œil à leur catalogue, j’ai de suite été interpellée par ce titre. En lisant le résumé, j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur le contenu et je dois dire que je n’ai pas été déçue. À la dure de Rachel Corenblit est un roman brut traitant d’un sujet délicat, auquel je n’ai pas été insensible.

Rachel Corenblit nous livre un roman, certes très court, mais puissant de par son récit. L’histoire commence avec une série de préparatifs pour le moins singuliers : des bassines, des grandes serviettes, des draps de rechange, des chaussettes, de l’eau, de la nourriture et des médicaments. On se demande bien à quoi ça pourrait bien servir au jeune Arthur. En effet, profitant de l’absence de ses parents, partis en vacances pour une semaine, le jeune adolescent va recevoir sa soeur So pour une opération sevrage…à la dure ! Cette fois elle semble bien décidée à se sortir la tête de l’eau et Arthur va tout faire pour l’aider.

À la dure, c’est l’histoire d’un frère et d’une soeur que tout oppose mais qui vont malgré tout s’unir dans une tentative désespérée qui risque d’être éprouvante aussi bien physiquement que mentalement. Arthur est un garçon sans histoires, sérieux et brillant qui aspire à un avenir de médecin. So est, quant à elle, plus indisciplinée, pas très portée sur les études et totalement ravagée par la drogue. Ils n’ont rien zn commun et pourtant, un amour fraternel indéfectible les lié.  On s’attache facilement à ces deux personnages et on se met alors à souhaiter que leur calvaire prenne fin.

Le récit raconté à la premier personne à travers les yeux d’Arthur, nous plonge sans préembule dans les pensées et sentiments du jeune homme. L’auteur réussit à nous transmettre des émotions aussi fortes que poignantes. Ainsi, on n’a aucun mal à s’imaginer la dureté de cette semaine de sevrage, qui nous est décrite jour après jour.

À la dure, c’est aussi une histoire d’accomplissement personnel et de courage. On est frappés de plein fouet par la détermination d’Arthur à sauver sa grande sœur. Qu’importe les souffrances et la peur de l’échec, il n’abandonnera pas et gardera une lueur d’espoir qu’elle s’en sortira.

J’ai particulièrement apprécié la plume de l’auteur qui donne toute son intensité au roman. C’est juste, percutant et sans fioritures. Rachel Corenblit va droit au but donnant vie à un récit aussi rythme que dynamique. Un style simple mais cru qui ne manquera pas de faire mouche.

En bref, À la dure est un roman qui ne paye pas de mine par son épaisseur mais qui m’a totalement séduite par la force de son récit. Rachel Corenblit nous émeut sans jamais tomber dans le pathos, ce qui me rend d’autant plus curieuse de découvrir d’autres de ses romans.

Publicités

2 réflexions sur “À la dure, Rachel Corenblit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s